, , ,

Auteur(s): Fabienne Gérin-Jean, architecte conseil de l'état

Visiter découvrir

Le thème des journées «Architecture» de l’année 2013 étaitProjets de réhabilitation et de transformation de bâtiments anciens existants (patrimoine agricole, maison de maître, dépendance, équipements). Elles ont permis des visites de projets commentés par différents intervenants.

Ces intervenants, choisis parmi les différents protagonistes du projet, ont raconté leur expérience, donné leur point de vue sur les projets, et décrit leur participation:

Le client (maître d’ouvrage, élus, programmiste) qui a pu nous éclairer sur le montage de l’opération, son financement, la planification.

Le maître d’œuvre (architecte, paysagiste, urbaniste, ingénieur) qui a expliqué son projet, sa méthodologie, ses intentions.

L’entreprise (constructeur, artisan, corps d’états) qui a exécuté et construit le bâtiment.

L’usager qui habite, travaille, utilise, traverse le lieu et s’y promène.

Site choisi: Chauray, réalisations d’Hervé Beaudouin – Benoît Engels Architectes urbanistes, L. Chauvac, L. Guibert et Babylone paysagistes.

La mairie de Chauray était devenue une agglomération de bâtiments hétéroclites dont seul le bâtiment sur rue constituait un élément plus emblématique de la fonction. Le principe de construire au minimum et d’utiliser au maximum les bâtiments existants sur le site a conduit à créer une mairie éclatée en trois parties.

Grâce à des opportunités foncières, deux bâtiments ont été acquis: une belle «maison de maître» très caractéristique des maisons bourgeoises rurales et des dépendances servant de grange.

Les fonctionnalités ont été réparties simplement: la maison de maître a accueilli les fonctions administratives, et les dépendances ont permis de créer une belle salle des mariages qui donne sur l’ancien jardin de la maison de maître. L’ancienne mairie a été complètement recomposée à partir du bâtiment sur rue pour y accueillir la partie «politique», c’est-à-dire les élus et la salle du conseil municipal.

Entre 1993 et 2009, un partenariat «fidèle» entre le maire et l’architecte a permis d’initier une politique de requalification du centre ancien. L’utilisation maximum du patrimoine existant, même modeste, a été la règle. Ce fut le cas pour l’école de musique, le Centre régional des Métiers d’Art, la médiathèque et l’hôtel de ville, qui, avec rigueur et simplicité, ont su donner un espace dans le centre ville pour le faire évoluer.