, ,

Auteur(s): O-S Architectes

Une architecture dense, pérenne et sociale

Le défi était de taille. Réaliser dans un budget très serré une opération de 20 logements sociaux (basse consommation) dans une parcelle étroite et profonde d’un quartier diffus et résidentiel de Dijon. Inscrire une architecture dense, pérenne et sociale.

Ce quartier proche du canal de Dijon constitué de maisons et de petits immeubles montre une alternance de murs, de clôtures, de pierres et de dégagements offrant des vues sur les jardins intérieurs. Ce sont ces ruptures dans le tissu qui nous ont amenés à développer un projet dans la profondeur de la parcelle, en retrait des limites séparatives.

Le programme rentre ainsi au chausse-pied dans la longueur du terrain, et propose un bâtiment de 14 m de large intégrant 14 logements collectifs en R+3 côté rue et six maisons de ville en duplex côté jardin. L’usage du béton préfabriqué a été pour nous une évidence dès le départ, les bâtiments et clôtures environnantes étant très minérales et le projet compact et rationnel.

Ce projet illustre à sa manière la réconciliation entre production industrielle et petite échelle, préfabrication et qualité du détail, standardisation et caractère. La préfabrication béton est ici un choix pour apporter un surplus de richesse à l’échelle locale par un matériau riche en solutions et aspects.

La préfabrication, bouc émissaire de la reconstruction, sait aujourd’hui s’adapter à l’évolution nécessaire du bâtiment pour réduire un tant soit peu son empreinte écologique. Nous avons utilisé des panneaux de prémur blanc avec un isolant positionné en sandwich entre les deux peaux de béton. Ces dernières sont laissées brutes, offrant une finition intérieure de qualité sans nécessité de peindre. L’isolation est efficace car continue sur toutes les façades. Certains panneaux de façade sont matricés, apportant une variation subtile du calepinage.

Plutôt que de percer les panneaux pour y placer des fenêtres, nous avons, mis, sur la plupart des façades, des menuiseries entre deux panneaux. La fenêtre n’est plus un trou, mais une interruption des modules de façade.

L’ensemble a été dessiné et contrôlé en amont pendant les études pour maîtriser autant le coût de la construction, les délais et le planning de chantier serré que l’aspect minéral et durable de la peau de béton. C’est aussi une manière différente de travailler dans le dialogue et le partage de manière collective avec les bureaux d’études et les industriels. Ce projet détourne la standardisation pour offrir des finitions qualitatives dans un budget serré et maîtrisé.

Programme : 20 logements