, , ,

Auteur(s): Damien Antoni
Contributeur: Maison de l'architecture de Corse

Site naturel de tourisme vert

Site naturel de tourisme vert « basse énergie », le Mulinu Vivu est un lieu de détente et de baignade ouvert au public et gratuit, qui tire son électricité de la rivière. C’est aussi un lieu d’information et de conseil pour accéder aux sentiers balisés qui sillonnent la vallée de Pietracorbara. à l’occasion de réunions, d’expositions et de manifestations, il ouvre ses portes aux différentes associations du Cap Corse.
RENDRE VISIBLE L’ÉNERGIE, RENDRE POSSIBLE LA « BASSE ÉNERGIE »
Captée en amont, l’eau est canalisée puis envoyée dans une microturbine en aval pour produire de l’électricité dans un petit édifice baptisé Mulinucciu (petit moulin), édifié à côté du moulin à grains historique, à présent désaffecté et transformé en local commun. L’excédent d’énergie produit est transformé en lumière ; à travers les jours laissés entre les pierres, la lumière filtre et transforme l’édifice en lanterne dans la nuit. Le jour, la chaux arboricole, dont les arbres du site sont badigeonnés, figure une ligne qui représente la hauteur d’eau nécessaire à la production. L’énergie, a priori insaisissable et invisible, s’incarne dans l’espace.
Partant d’une nécessité d’électrifier le site isolé, l’architecte et l’association Petra Viva, maître d’ouvrage, se sont employés à inventer un programme, un processus, un mode de financement et des façons de l’autoconstruire, en faisant participer au chantier les membres de l’association et les vacanciers. Initier de zéro un montage opérationnel hors du cadre conventionnel a été la condition pour rendre possible ce site « basse énergie ».
REDÉFINIR LA RICHESSE AU REGARD DE L’ÉCOLOGIE
Dans ce contexte, le Mulinu Vivu a nécessité peu d’argent pour son aménagement et ne rapporte pas d’argent en apparence. Mais si l’on mesurait la richesse autrement ? Un projet riche serait un projet émancipé de l’étroite quantification monétaire, qui ne détruirait rien – ni ici, ni ailleurs –, qui établirait une valeur pour son territoire et construirait sa résilience, son élégance. Cette valeur, celle de l’énergie cinétique de la rivière qui coule, c’est celle du patrimoine architectural et naturel de la Corse, réinvesti à travers les âges. L’architecture a longtemps donné une forme à l’opulence. Mais si la richesse change de définition et donc de comptabilité, si elle devient celle du capital naturel, du capital humain, du capital territorial, quelle nouvelle architecture fabriquer ?

Programme : Site naturel de tourisme vert