, ,

Auteur(s): BRUT architectes

PEN.DU

L’architecture domestique est un combat ordinaire. Pour beaucoup, il s’agit d’une pratique élitiste, dispendieuse, hors-norme… Pour trop peu, c’est un choix conscient, une alternative à un système irrationnel, inadapté à leurs besoins et à leurs moyens. Pour nous, il s’agit d’un acte responsable !
Évidences
La Maison du PEN.DU est une réponse pragmatique à un problème donné : contenir un volume minimum – l’unité de vie – dans un espace maximum – le champ des possibles. Le projet emprunte sa forme à un héritage architectural simple et archaïque, qui se présente comme une réponse à la fois économique et rationnelle. L’imbrication fine des usages permet de libérer un espace potentiel, évolutif, décloisonné, où le dedans et le dehors s’interpénètrent.
L’homme et la botte
L’architecture se déploie, projetant l’espace d’usage avec mesure, celle du corps qui se déplace, anticipant la posture, investissant les entre-deux, ouvrant les perspectives.
Elle témoigne de l’aptitude des hommes à construire avec des choses concrètes. Ici la botte de paille donne la mesure : 35 x 50 x 90 cm, posée sur chant, dressée à la main dans une double ossature formant caisson. Comme une partition faite de plein et de vide, l’architecture s’impose en rythme.
Empreinte
« La maison en plastique » est constituée à 95 % de matériaux biosourcés : le bois pour privilégier une filière responsable et valoriser un savoir-faire fondamental, la paille pour concevoir une enveloppe performante, issue d’une économie locale et solidaire, le sable pour constituer des planchers marins et obtenir un bon apport inertiel… Les panneaux translucides en PVC se sont imposés comme une solution technique et économique pour répondre à l’usage du jardin d’hiver et envelopper toute la construction. Cette posture radicale nous a permis de révéler la dimension plastique du matériau. L’expression juste et immédiate de la matière, révélant la structure et vibrant avec la lumière. « Votre maison c’est comme la mer ».
Résonance
La Maison du PEN.DU s’inscrit comme un signal le long du chemin qui mène aux plages. Une maison extravertie qui s’éclaire à la tombée de la nuit, à l’heure où les enrouleurs électriques déclenchent leur vrombissement, absorbant toute la vie émanant de ces petits sarcophages habités. Comme un phare qui balise un territoire, le PEN.DU nous ramène à la civilisation, à la vie, aux autres.

Programme : maison individuelle