,

Auteur(s): Elodie Nourrigat et Jacques Brion
Contributeur: ENSA Montpellier

Métropoles du sud

Le domaine d’études Métropoles du Sud explore le projet architectural et urbain à partir d’un point d’entrée spécifique : la ré-interrogation de la localité comme vecteur de développement des villes dans une dynamique métropolitaine. Nous posons comme postulat que, pour agir sur un environnement global, nous devons travailler à la constitution d’environnements spécifiques respectueux des localités où ils s’insèrent et construire de véritables milieux habités. Le Sud y est un concept, celui qui privilégie la spécificité au regard de la norme et valorise les diversités de l’habiter. La localité qui nous importe est celle qui prend pour base des systèmes spatiaux, architecturaux. C’est un dispositif dynamique qui rassemble les spécificités liées à un territoire pour les transcender vers un ordre urbain mettant l’Homme et l’Habiter en son centre. Les travaux menés s’articulent entre pensée et pratique en devenir et se positionnent résolument dans un champ expérimental. Les métropoles du Sud offrent la possibilité d’interroger le projet au travers de ces échelles dans sa capacité à régénérer les milieux. Pour ce faire, des cycles thématiques sont établis et, en relation, des situations de projet adaptées, identifiées dans des villes correspondant à des contextes territoriaux, culturels, urbains, patrimoniaux, économiques et climatiques spécifiques. Le premier cycle interrogeait les relations entre « villes et l’eau », choisissant des villes portuaires (Gènes, Valence, Istanbul). Le second investissait des conditions « extrêmes ». La ville de Pampelune a offert des situations de projet exemplaires au regard des enjeux attachés à l’agriculture urbaine. Evora a permis de poursuivre l’exercice en ouvrant sur les conditions de développement en situation d’aridité. Et Ljubljana interroge la notion de ville intelligente, portant l’idée que la ville est intelligente non pas parce qu’elle est technologique mais parce qu’elle est en capacité d’accroitre son niveau de services auprès des citoyens et de réinterroger les modalités de sa gouvernance. Chaque cycle se conclut par un retour sur Montpellier dans une vision prospective et forte des expérimentations antérieures. La pédagogie mise en place cherche, au-delà de la transmission de savoirs, à assurer la formation de futurs architectes, avec comme objectif leur insertion sociale et professionnelle en les préparant au plein exercice de leurs responsabilités en tant qu’acteur de la société, avec conscience des enjeux à avenir pour les architectes de demain.

Programme : La localité comme vecteur de développement urbain