Auteur(s): Groupement d'étudiants de licence 3
Contributeur: ENSA Nantes

Lieux publics, Lieux communs

Comment s’empêcher de prononcer « faux-bourg » et de songer alors à une non-ville, à quelque chose qui n’est plus de la ville-en-vrai ? ».

L’équipe Lieux publics, lieux communs 2014 présente les recherches et la production d’un groupe d’étudiants de troisième année de l’École nationale supérieure d’Architecture de Nantes sur le terrain de la ville intra-périphérique.

Les « nouveaux faubourgs métropolitains » constituent des territoires de l’ordinaire dans lesquels se superposent des paysages devenus caractéristiques des espaces urbains français : grands ensembles, zones commerciales, tissu pavillonnaire, espaces naturels… Les deux sites de la métropole nantaise étudiés et présentés, Naudières-Chézine et Breil-Malville, sont représentatifs de ces territoires. Ils constituent notre ligne de front : mis sur le devant de la scène par le phénomène d’étalement urbain, ils font figures de priorité et génèrent d’importantes potentialités pour la mise en place d’architectures engagées.

Nous avons analysé la situation de ces territoires et projeté leurs mutations. Une analyse contextuelle précise, attentive aux usages des lieux, nous a permis, dans un premier temps de révéler les richesses, les potentialités et les enjeux de ces quartiers, pour ensuite établir un plan général des transformations urbaines sur ces mêmes périmètres.

L’équipement public, vecteur d’urbanité

À partir de ces propositions à l’échelle territoriale, nous avons réfléchi à la programmation de nouveaux équipements publics, en faisant l’hypothèse que ceux-ci représentent des leviers, vecteurs d’une urbanité nouvelle ou revitalisée.

Il ne s’agit plus de bâtir la « grande commande publique », mais de générer, à partir du travail d’arpentage, d’analyse et des rencontres faites sur place, de nouveaux usages, de nouvelles centralités et une identité renouvelée à ces quartiers.

Afin d’assumer leur caractère urbain et de rompre la mono-fonctionnalité des sites dans lesquels ils s’implantent, ces équipements se développent à partir de programmes mixtes : l’extension d’une école ainsi qu’un gymnase, un équipement culturel au détour d’une promenade paysagère, une bibliothèque et un restaurant de quartier, et le développement de locaux associatifs autour d’un pôle commercial existant.

Ils interrogent le statut des lieux publics dans la ville, et posent la question de la forme architecturale et de ce qu’elle génère sur la forme urbaine.

 

Programme : questionner le statut de l'équipement public dans les faubourgs métropolitains