,

Auteur(s): ARBA

La maison dans le jardin

Arba– (Jean Baptiste Barache et Sihem Lamine) se consacre au développement de nouvelles solutions visant à construire de manière durable, abordable et en étroite relation avec l’environnement naturel et bâti.

Arba– conçoit des architectures fonctionnelles, simples et optimales. Leur principal but, « servir d’abri », n’est pas séparable du second, « donner à voir ». De telles architectures se rapportent plus à des instruments qu’à des bâtiments. Comme pour les instruments de musique, les lignes et les formes sont pures et minimales, tout en permettant une utilisation optimale. L’habitant est naturellement impliqué dans un jeu d’usages et d’interactions avec le jardin, les voisins, le paysage, le soleil, la lumière…

Les projets sont le fruit du dialogue entre les deux architectes, dans un processus de lissage de l’objet. Ici, le budget et les restrictions urbaines ne sont pas des contraintes mais font partie intégrante de la conception. Un effort constant est produit pour bannir, in fine, toute trace d’intention, à l’image de l’architecture vernaculaire. À la place, ce qui prime ici, ce sont les usagers, le paysage, le site, les matériaux et la main de l’artisan.
La Maison dans le Jardin est posée sans dérangement dans un verger clos sur 12 dès béton. Le volume compact est décomposé horizontalement en deux parties :
– en bas, des modules de bardages préfabriqués, pleins ou transparents, organisent la relation de proximité au jardin et qualifient les vues. Les surfaces de verre sérigraphié composent des cadrages lumineux sur les quatre orientations,

– en haut, de longs tasseaux de mélèze soigneusement disposés composent une masse homogène et fluide qui répond à la canopée. Cette vêture génère des éclairages à claire-voie dans l’espace central de l’étage.

La cuisine, la salle à manger et le salon occupent en continu tout l’espace du rez-de-jardin et sont entourés par une ceinture d’agencements, en doublage des murs qui contiennent la salle d’eau, les toilettes, l’escalier, le local technique ainsi que les différents rangements de la maison.

Cette ceinture s’interrompt pour laisser huit passages (deux par façade) vers les différentes parties du jardin.

À l’étage, un espace commun, toute hauteur, dessert deux chambres isolées par des parois coulissantes en verre dépoli. Deux échelles donnent accès aux mezzanines, couchages d’appoint.

Programme : Maison individuelle