, ,

Auteur(s): Cherif HANNA, Eric CHAUVIER
Contributeur: ENSA Nantes

Expérience architecturale / Reconnaissance politique

Le studio de projet Estuaire 2029 s’inscrit au cœur de questions touchant aux mutations actuelles du métier d’architecte. Nous faisons l’hypothèse que les étudiants doivent se doter d’une posture solide pour se confronter aux nouvelles donnes du monde social : les territoires périurbains, péri-métropolitains, post-industriels, la vie pavillonnaire, l’écologie, la démocratie participative, l’habitat temporaire, le fait religieux, etc.

Le studio de projet Estuaire 2029 s’inscrit dans la perspective de repolitiser les habitants en leur redonnant prise sur leur cadre de vie. Les projets ne sont plus conçus comme des objets finis mais dans un nouveau rapport à la mesure des citoyens, comme un « conglomérat » (Kroll, 2011) dont la forme résulte de l’intégration d’une complexité sociale faisant place aux interstices et aux contre-usages. Architecture, urbanisme et paysage se constituent alors dans un jeu serré d’alternances qu’il faut apprendre à interroger.

Le studio de projet est une expérience pédagogique menée sur l’estuaire de la Loire, « territoire en mouvement » par son histoire « naturelle » et celle des échanges économiques et sociaux qui l’ont progressivement investi. Il est conçu comme un laboratoire pour tester et formaliser des réponses permettant aux étudiants de penser leurs projets en contexte. Les compétences des enseignants issus de champs disciplinaires différents (architecture et anthropologie) sont articulées à celles d’artistes, de chercheurs et d’acteurs-ressources des territoires concernés. Des outils sont mobilisés à différents niveaux de la programmation et de la projétation : l’enquête ethnographique, les « dispositifs cartographiques », le collage, la vidéo, la méthode des « itinéraires » (Petiteau, 2009, les « dispositifs littéraires » et les ateliers publics).

Pour les étudiants, le studio de projet Estuaire 2029 comporte une dimension professionnalisante proche d’une démarche de recherche-action. La reconnaissance par chaque étudiant de sa capacité à faire méthode en problématisant son expérience dépasse la performance d’une proposition urbaine ou architecturée. Si l’expérience pédagogique joue le rôle d’un passage initiatique sur le territoire «professionnel », le rapport à la commande renverse la fiction pédagogique qui caractérise habituellement la relation enseignant/enseigné. Cette démarche pragmatique conjugue l’apprentissage du métier d’architecte avec la négociation et l’expérimentation in situ.