,

Auteur(s): Mabire et Reich architectes

Court-circuit

Le projet d’atelier de transformation de légumes bio s’inscrit dans la recherche que nous menons dans notre travail sur le rapport au paysage. Ce dernier s’entendant dans son acception la plus large: paysage végétal, paysage urbain, paysage économique, paysage social, etc.

Ce fil conducteur est le lien entre des projets dont les contextes ont appelé de notre part des postures et réponses formelles uniques, acceptant la complexité de chaque situation.

L’atelier de transformation de légumes bio prend place dans un projet plus vaste de filière courte de production à destination de la restauration collective. Point de passage obligé d’une mosaïque de producteurs vers des restaurants collectifs divers, il est l’élément physique qui représente l’ensemble.

Il prend également place au sein du lycée Jules Rieffel, à Saint-Herblain. Ce dernier est situé dans une frange de campagne cadrée par deux axes structurants de l’Ouest nantais. Sur un terrain vaste, il déploie un ensemble de bâtiments à l’architecture singulière: Oxford revisité par l’architecture française des années 1980. Au nord du site, un Jardin en Mouvement, initié par Gilles Clément et reformulé chaque année par les étudiants en Paysage; au sud, un internat bordé d’un terrain en pente, le site dévolu au projet.

L’atelier est un process abrité. La notion de filière courte implique en effet une reproductibilité du process. Constitués d’éléments modulaires ou industriels, les éléments de programme prennent place sous une grande couverture qui, en plus de les abriter, inscrit le projet dans son site propre. Nous avons souhaité établir ainsi un lien avec la dimension paysagère du site mais aussi avec l’enseignement dispensé au sein du lycée, mettre en rapport le sud du site avec le Jardin en Mouvement au nord. Nous avons donc déployé une grande treille, objet qui associe l’architecture, par sa géométrie rigoureuse, au végétal dont il est le support. Le végétal est ici figuré par le tressage de saule, qui rappelle le panier, le contenant de légumes.

Nous avons également décliné la notion de circuit court à l’échelle du projet: la chaleur extraite de la zone process est utilisée pour chauffer l’eau, l’eau est recyclée par UV pour être réintroduite dans les premières phases de lavage, les plus consommatrices du cycle, ou pour être stockée pour l’arrosage des cultures maraîchères voisines. Le bois utilisé est d’essence locale et le tressage a été réalisé par une entreprise d’insertion voisine, démontrant par là que la notion de filière courte porte aussi des dimensions sociales.

Programme : Atelier de transformation de légumes bio