,

Auteur(s): OECO architectes

Bureaux pour des agriculteurs

En parcourant les routes rectilignes de la région landaise, une image frappe l’esprit, celle des séquences répétitives des pins qui les longent. Le rythme changeant des arbres sous les effets de la cinétique trouble les sens et appelle l’esprit à s’évader. C’est ce sentiment primitif qui est à la base du projet, situé au cœur de la forêt : retrouver l’alternance des troncs de bois qui s’alignent et laissent passer ou non la lumière et les vues.
Cela parle d’un inconscient collectif que nous cherchons à provoquer et qui est influencé, voire enrichi, par les paysages de nos régions. Cet imaginaire commun conditionne les représentations individuelles et collectives, qui émergent de la conscience sous forme de symboles.
Ce projet de bureaux s’inscrit au cœur d’un domaine agricole constitué de champs et d’entrepôts, phagocyté par des interventions successives sans logique apparente. De manière à donner une cohésion à cet ensemble désordonné, il s’agissait de constituer un élément fondateur au cœur du domaine, redonnant simplicité et ordre au tout.
Le projet a ainsi consisté à définir un vrai premier plan au site, à la hauteur de l’image de l’entreprise désormais tournée vers une agriculture respectueuse de l’environnement.
Au-delà de la construction de ce petit bâtiment, le projet propose de repenser les flux et les futures évolutions de l’ensemble de la ferme. En cela, il joue un rôle à une échelle plus large dans l’amélioration de son environnement direct.
En bordure d’autoroute, le bâtiment se définit à travers sa structure en bois clairement exposée vers l’extérieur. La façade, ainsi constituée de modules structurels répétitifs, produit des reflets changeants sous les effets de la lumière, eux-mêmes accentués par la vision en mouvement depuis la route.
La présence du bois en tant qu’élément fondateur du projet fut volontaire : réutiliser un mode constructif et un savoir-faire artisanal, déjà éprouvé sur la ferme mais dans un dessein différent. Son utilisation fait ici appel à l’intelligence constructive en allant au-delà de la simple contrainte gravitationnelle et rendre lisible un langage architectural, support de poésie et d’une nouvelle richesse pour ce lieu.
À l’intérieur, le volume d’entrée en double hauteur connecte les espaces de travail. Simples et lumineux, ceux-ci sont séquencés par des vues vers le paysage.
Le regard traverse alors et s’éloigne vers les pins, au loin… Là où se situe le commencement.

Programme : Restructuration d’un domaine agricole avec construction d’un bâtiment de bureaux et d’une aire de stationnement extérieure