, , ,

Auteur(s): Misia Forlen, Juliette Hennequin, Rachel Jozefowicz et Pascale Joffroy
Contributeur: Système B et EAVT Marne-la-Vallée

Bidonvilles, nouvelles richesses

L’association Système B active un ensemble de réflexions et d’actions tournées vers les bidonvilles proches de l’École d’Architecture de Marne-la-Vallée, où près de 600 habitants tentent de prendre attache entre deux expulsions.

Différents champs d’actions nés des relations entre ces habitants, des étudiants, des enseignants et des associations locales se sont mis en place sous des formes tactiques, à la frontière de l’informel et de l’institutionnel, pour engager d’autres devenirs: un travail de «l’entre-deux», de la porosité des frontières, partant du terrain. L’action est collective et politique. Il s’agit à la fois d’agir pour améliorer les conditions de vie des habitants et de travailler à changer le regard sur le bidonville afin de faire comprendre son rôle social. Ainsi, regarder le bidonville en positivité, le penser comme porteur de richesses et de ressources, permettrait de retourner les certitudes et situations pour rompre le cycle infernal et illusoire de sa destruction.

Les hypothèses de travail adoptées ne sont pas des utopies mais des champs prospectifs destinés à ouvrir de nouveaux possibles. Faire confiance aux habitants des bidonvilles est la première des hypothèses. C’est respecter au sens fort le rêve qu’ils construisent, comme d’autres avant eux: que l’habitat précaire soit non seulement un lieu de survie, mais un sas et un tremplin vers le travail et l’habitat de droit commun. À nous dès lors d’interroger l’inadéquation des politiques urbaines et de l’habitat à ces dynamiques, et de réagir en imposant la nécessité et la force de l’abri; de résister à l’absolutisme des pulsions «modernisantes» de la construction neuve, des normes et des standards pour changer le regard sur «l’indigne»; d’actionner en contexte de nouvelles fabriques de projets et peut-être de nouvelles gouvernances. Ce besoin du temps présent suggère de penser la ville du temporaire, de la frugalité, du non-conforme, du réemploi, du fragile: la ville comme un processus du devenir et non pas seulement de l’établissement.

Programme : Améliorer les conditions de vie au sein du bidonville