, , , ,

Auteur(s): Béatrice MARIOLLE
Contributeur: ENSA Belleville

Aller au front avec les jeunes des quartiers populaires

La nouvelle avant-garde des mouvements sociaux va totalement remodeler nos villes et nos bâtiments […] personne dans le monde de l’architecture n’est prêt à cela. La question d’une application pratique de la justice spatiale […] demeure la question essentielle de l’architecture et de l’urbanisme. La question est sociale par ce que le reste est en faillite : crise financière, limites du modèle de croissance économique, de la financiarisation. »
Saskia Sassen, 2014

Des architectes engagés sur la ligne de front dessinée par tous les quartiers populaires

L’urgence sociale et la crise démocratique interrogent le rôle de l’architecte aujourd’hui. Plus qu’un concepteur d’espace, l’architecte joue le rôle de catalyseur des acteurs du territoire. Le projet devient une plateforme de négociation et s’impose dans ces quartiers métropolitains populaires, délaissés par l’architecture : territoires ruraux, grands ensembles collectifs sociaux, lotissements pavillonnaires.

Ces situations ordinaires, en attente de transformation, sont l’occasion d’interroger les éléments de l’architecture, de penser la révolution écologique de l’après Paris, de développer des projets tactiques, en hommage à Michel De Certeau, qui transforment le quotidien des millions de terriens qui vivent dans ces quartiers.

Nous nous intéressons aux petits projets small acts (. K. Lynch, F. Tonkis, S. Sassen) qui présentent de nombreuses occasions d’innovations collectives : des abris, des espaces en friche, un escalier, un passage, … Autant de projets de réparation des lieux du quotidien. Ces micro-interventions deviennent le point de départ de projets territoriaux, de constructions de réseaux, du développement d’une pensée écologique, économique et sociale.

Les jeunes s’associent pour produire des scénarios du futur

Les jeunes (étudiants, jeunes architectes et jeunes de 15 à 25 ans des quartiers) inventent des outils de fabrication du projet et posent les bases de la transformation écologique des quartiers. Ensemble, ils sont les futurs acteurs de la ville de demain. Leurs projets sont ludiques et utiles : produire de l’énergie avec des boîtes à musique, transformer le bruit de la ville en électricité, récupérer les eaux pluviales de toutes les toitures stériles pour réaliser des jeux d’eau et créer des potagers de jeunes, etc. Ensemble, ils quadrillent la métropole d’une multitude de richesses renouvelées.